Accueil » Non classifié(e) » Constance Lézin, 22 ans, licence de biologie des organismes et écologie

Non classifié(e)

Constance Lézin, 22 ans, licence de biologie des organismes et écologie

Originaire du Médoc, j’ai quitté le bon vin pour la Côte Méditerranéenne où j’ai découvert la culture Camarguaise. Je suis passionnée de nature et d’animation, j’ai donc intégré un service civique de 10 mois aux Marais du Vigueirat. Ma mission principale était l’animation nature en calèche au sein de la Réserve Naturelle Nationale et donc de faire découvrir à tous la Camargue dans l’ensemble de ses aspects (patrimoine naturel, culturel et historique). Ce service civique m’a permis de me professionnaliser dans ce domaine.

Lors de ce service civique j’ai eu l’occasion de partir cet été, au Royaume Uni,  à un salon ornithologique anglais, le British Birdwatching Faire ou Birdfair, qui a eu lieu au mois d’août.

Ce salon se trouve à Uppingham, à deux heures au nord de Londres près de la « Rutland Water Nature Reserve ». Il rassemble plus de 350 exposants nature comme des espaces naturels, des sites de voyages nature, des artistes, de l’optique et matériels de nature, des programmes de conservation et des associations de protection de la nature et aussi de nombreuses figures de l’écologie qui ont fait leur apparition dans des conventions. Les fonds rassemblés par ce salon permettent de « financer des travaux vitaux de conservation de la planète ». Le total généré par l’événement, organisé annuellement depuis 1989, monte à plus de 5 millions de livres sterling (soit plus de 5 800 000 euros). Cette somme  a permis de financer des projets dans le monde entier, de Madagascar à Sumatra.

Cette année, les recettes ont permis de soutenir les activités à Western Siem Pang, au Cambodge : une vaste zone de forêts de feuillus et semi-persistantes à travers lesquelles se jette le fleuve Sekong. Cela en fait une forteresse vitale qui doit être préservée afin de créer un bloc unique de forêts protégées. Cet habitat forestier vital est menacé par les activités humaines telles que l’exploitation forestière, le défrichement des terres pour l’agriculture et la chasse afin d’alimenter le commerce illégal d’espèces sauvages. Cette région abrite 5 espèces s’oiseaux en danger critique d’extinction sur la liste de l’UICN, avec une concentration plus élevée que partout ailleurs dans le monde. Ces cinq oiseaux sont : Ibis de Davison (Pseudibis davisoni), Ibis géant (Thaumatibis gigantea), Vautour chaugoun (Gyps bengalensis),  Vautour à long bec (Gyps tenuirostris), Vautour royal (Sarogyps calvus).

En plus des ces cinq grandes espèces, ce lieu est essentiel dans la biodiversité asiatique car il abrite également de nombreuses espèces telles que l’Aigle lancéolé (clanga hastata), la Grue antigone (Grus antigone), le Marabout chevelu (Leptoptilos javanicus), le Marabout argala (Leptoptilos dubius), le Pic meunier (Mulleripicus pulverulentus) et des mammifères également menacés comme le Cerf d’Eld (Cervus eldii), la Panthère nébuleuse (Neofelis nebulosa) et l’Ours malais (Helarctos malayanus).

BirdLife International est déja impliqué dans la région depuis 15 ans et a contribué à en faire un sanctuaire pour la faune et la flore. L’argent collecté en 2019 permettra de poursuivre ce travail en améliorant les relations avec les populations locales afin de protéger les espèces qui y vivent. De plus, BirdLife travaille dans l’amélioration du succès de la reproduction des cinq espèces d’oiseaux en danger critique d’extinction en surveillant les populations et en restaurant les zones humides. L’espoir est qu’en soutenant les efforts de reproduction de ces espèces, celles-ci seront en mesure de réintégrer davantage leur aire de répartition naturelle.

Pour  ma part, je suis partie avec Maryline Faubet, responsable de la promotion touristique au sein de la communauté d’agglomération Arles Crau Camargue Montagnette, afin de représenter les Parcs Naturels Régionaux (PNR) de Camargue et des Alpilles ainsi que la Réserve Naturelle Nationale des Coussouls de Crau, ces trois espaces faisant partis du Triangle d’Or de la Biodiversité. On avait un stand commun avec 7 autres PNR : le Haut-Languedoc, la Narbonnaise, la Brenne, la Brière, le Golfe du Morbihan, les Boucles de la Seine Normande, les Marais du Cotentin et du Bessin. Ensemble, nous avons accueilli et renseigné (en anglais évidemment) des centaines de personnes sur le tourisme nature dans nos régions. La qualité de notre accueil à été récompensée car nous avons été élus premier stand d’accueil sur la partie voyage et tourisme par l’organisation du Birdfair.

Ce salon est une réelle opportunité pour les PNR que nous avons représentés car nous touchons un public de connaisseurs et d’intéressés par la France. Cela a été une belle opportunité pour moi aussi car j’ai pu rencontrer des professionnels, français et étrangers (du monde entier), dans ce domaine. Ces nombreux échanges m’ont été très enrichissants, j’ai qu’une envie : y repartir l’année prochaine.

Pour en savoir plus sur ce projet, voici le lien vers le site du Birdfair en Anglais : https://birdfair.org.uk/2019/03/13/conserving-cambodias-big-five-announced-as-birdfair-2019-project/