Accueil » Non classifié(e) » Delphine Haas, 26 ans, Master en gestion et conservation de la biodiversité

Non classifié(e)

Delphine Haas, 26 ans, Master en gestion et conservation de la biodiversité

Études bouclées en septembre 2018, c’était la dernière année pour moi pour pouvoir réaliser un service civique. Et c’est bien tombé puisque les Marais du Vigueirat (structure que je connaissais grâce aux chantiers Blongios) proposaient une mission en parfaite adéquation avec ce que je souhaite faire dans mon futur métier. Gestion des milieux, suivis de la faune, études sur la biodiversité dans les espaces agricoles, etc… voilà des sujets que je souhaite aborder dans un futur poste. Ces 10 mois m’ont ainsi permis d’aborder certains de ces thèmes et d’acquérir une expérience professionnelle considérable au sein d’une équipe passionnée et bienveillante. »

Dans le cadre de notre service civique, nous avons été amenés à suivre les colonies de Sternes pierregarins présentent sur le site des Marais du Vigueirat.

Oiseau piscivore du groupe des laro-limicoles, cette espèce niche depuis plusieurs années sur des radeaux flottants artificiels en bois, installés lors du projet LIFE+ ENVOLL. Trois structures flottantes ont été mises en place dont deux sont situées en Réserve Naturelle Nationale (RNN) et la troisième devant un observatoire au nord du site.

Afin de les rendre favorables à la nidification de ces oiseaux, il est nécessaire d’y ajouter du sable coquillier en guise de substrat. Pour cela, au mois d’avril, équipés de nos seaux, de nos pelles ainsi que de nos waders, nous avons étalé le sable sur la surface des radeaux et installé des protections en bois pour les poussins. Ensuite, les structures ont été amenées au centre des bassins puis attachées. Leur construction et leur forme leurs permettent de tourner en fonction du vent et de ne pas être dégradées par les mammifères tels que les sangliers ou les ragondins. De plus, un système anti-prédation a été installé afin que les Milans noirs ne puissent pas attaquer les nichées.

Cette année, 1 couple s’est installé sur le petit radeau de l’observatoire et 2 poussins sont nés. Dans la RNN, il y a eu jusqu’à 40 couples sur le plus petit des deux radeaux avec un succès reproducteur de 0.8 poussin par couple tandis que sur le plus grand radeau, jusqu’à 69 couples se sont installés. Mais le succès reproducteur de ce dernier n’a atteint que 0.4 poussin par couple. Cependant, les Marais du Vigueirat accueillent l’une des plus importante part de la population camarguaise de cette espèce.

Pour finir, à la suite de cette période de reproduction, nous avons rapatrié les radeaux à proximité des berges pour éviter leur dégradation et nous avons récupéré le sable coquillier qui servira pour l’année prochaine.