Accueil » L'actualité des Marais » Dix-septième stage de baguage aux Marais du Vigueirat

L'actualité des Marais

Dix-septième stage de baguage aux Marais du Vigueirat

En cette fin d’automne, les Marais du Vigueirat ont accueilli le dix-septième stage de baguage depuis 2004, co-organisé avec le Centre de Recherches par le Baguage des Populations d’Oiseaux (CRBPO), service du Museum d’histoire naturelle de Paris qui organise les activités liées au baguage des oiseaux en France.

Le baguage est une technique qui permet d’identifier et de suivre les oiseaux en leur posant à la patte une bague métallique (en aluminium ou en acier). Cette activité est réglementée car elle fait appel à des méthodes de capture particulières (pièges, filets). Le fait que le baguage concerne ne nombreuses espèces protégées nécessite une autorisation individuelle délivrée après une formation et une évaluation qui permet de vérifier que les candidats au baguage maitrisent parfaitement les techniques de capture et de baguage. Cette activité de recherche présente la particularité d’être en grande partie par  un réseau d’ornithologues bénévoles qui appliquent des protocoles élaborés par les scientifiques du CRBPO. Les Marais du Vigueirat constituent un site idéal pour accueillir à la fois des stagiaires en formation et des candidats souhaitant obtenir leur autorisation de capture. Avec moins de sites accueillant ce type de stage, les Marais du Vigueirat sont reconnus au niveau national pour leur intérêt. Le baguage y est en effet pratiqué depuis près de 40 ans.

Le baguage 

En moyenne, le baguage d’un oiseau dure une minute pour limiter le stress ; c’est une opération délicate qui nécessite des années de pratique. Les oiseaux de petite taille sont capturés grâce à un filet en nylon très fin composé de poches  dans lesquelles  les oiseaux s’emmaillent. Le bagueur procède ensuite au démaillage de l’oiseau en s’assurant de ne pas blesser l’oiseau qui est bagué avec un petit anneau en aluminium marqué d’un code alphanumérique unique : il est maintenant identifié. L’étape suivante consiste à déterminer l’espèce. Des données biométriques (taille et masse) sont relevées selon des méthodes standardisées. L’âge et le sexe de chaque individu est déterminé.

Toutes ces données sont ensuite saisies par le bagueur qui les transmet au CRBPO qui assure la gestion d’une base de données où l’ensemble des informations collectées est stocké.

Chaque pays dispose d’un centre de baguage qui permet d’échanger les informations entre centres lorsqu’un oiseau bagué est retrouvé ailleurs que dans son pays d’ « origine ».

Observation des plumes de l’aile d’un Bruant des roseaux pour déterminer son âge

 

Bruant des roseaux bagué (la bague doit être adaptée à la taille de la patte et doit pouvoir coulisser le long du tarse sans le blesser)