Accueil » Non classifié(e) » Le quotidien de deux gardes confinés

Non classifié(e)

Le quotidien de deux gardes confinés

Habitant sur le site et eux aussi confinés, deux gardes de l’équipe gestion sont de rares privilégiés à pouvoir continuer à travailler et circuler librement à l’intérieur de la réserve naturelle.

Malgré le ralentissement des activités humaines sur le site, la mission de surveillance est toujours d’actualité, et les gardes continuent leurs tournées quotidiennes sur l’ensemble du site et notamment la réserve naturelle.

La quiétude actuelle des lieux est remarquable du fait de l’absence de toute forme d’activité humaine, qui réduit considérablement le temps consacré à traiter les urgences en matière de surveillance du site.  C’est donc l’occasion de faire le suivi des oies cendrées, d’écouter le chant des butors ou de se poster sereinement dans un observatoire pour faire des lectures de bagues ou des observations ornithologiques, avec le retour des oiseaux migrateurs depuis  la semaine dernière : hérons pourprés, sternes, hirondelles, rousserolles, hérons bihoreaux pour les espèces les plus emblématiques. La colonie de cormorans présente au nord de la zone rizières de la réserve s’est également agrandie cette année.

Les cigognes blanches se sont affairées pendant une bonne quinzaine de jours à préparer leurs nids : 27 ont été comptabilisés sur le site ! Désormais elles couvent leurs oeufs en attendant les premières éclosions qui devraient avoir lieu vers le mois de mai.

Le suivi hydraulique du site est actuellement très important : en effet nous sommes à un moment clef pour les nichées des hérons dans la roselière, aussi les gardes surveillent quotidiennement les niveaux d’eau afin qu’ils ne soient pas trop bas et donc pour que les nichées ne soient pas sujettes à la prédation.

Les activités d’élevage font actuellement partie des missions prioritaires des gardes, avec l’arrivée des troupeaux de taureaux et chevaux de race Camargue que les éleveurs viennent faire pâturer sur le domaine à partir du printemps et jusqu’à la fin de l’automne : au programme révision et entretien des clôtures. Enfin, pour l’équipe, l’arrivée des beaux jours signifie aussi développement des plantes exotiques envahissantes, et, même en temps de confinement, il n’est pas question de les laisser faire!